Comme dans le midi !

De mémoire de vieux pompier, jamais la Côte d'Or n'a connu une telle "saison feux de forêt"...

Juillet fut sans aucun doute le mois le plus chaud depuis fort longtemps, non seulement pour les températures, mais également la dépense d'énergie qu'il a procuré aux soldats du feu.
Ce sont presque 300 communes du département qui ont été impactées par les incendies, en commençant par les feux de bosquets, de cultures pour terminer sur de véritables feux de forêt à l'image de celui d'Hauteville et surtout Marsannay-la-Côte.

Lundi 20 juillet, il est 16h42 lorsque arrive le 1er appel au CTA, d'autres vont suivre, beaucoup d'autres ! Le panache de fumée est visible à des kilomètres mais c'est depuis Chenove et même Dijon que le spectacle est impressionnant. Le plateau qui surplombe Marsannay est couronné d'un mur de flammes qui atteignent certainement plus de 50 mètres de hauteur. Les curieux s'agglutinent le long des vignes pour ne rien louper du spectacle.

Pour les sapeurs-pompiers qui se présentent sur les lieux la première analyse est sans appel. Il faut dire que les jours précédents d'autres incendies sur Vosne-Romanée et Brochon ont démontré combien les conditions météorologiques et le biotope sont favorables à la propagation des flammes, le feu parti près de la déchetterie de Marsannay se propage rapidement en direction des vignes et des habitations, le terrain est accidenté, les accès peu nombreux.

Très vite le CODIS est activé, un important dispositif d'hommes et de moyens alerté. Des quatre coins de la Côte d'Or les camions convergent vers le sinistre. Sur les deux jours que durera l'intervention 142 engins et 260 sapeurs-pompiers auront foulé les cendres de ce qui restera le plus gros feu de forêt qu'ait connu le département.

                              
                   Vincent Dancourt, président du SDIS accompagné du colonel Jean Chauvin

 

Haut de page